Formations

Je souhaite des renseignements

*
Prénom*
Nom*
Date de naissance*
Ville*
Email*
Téléphone*
STATUT*
Tous les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.
L'association Certifications et compétences collecte vos données à travers ce formulaire pour traiter votre demande d'information. Pour en savoir plus sur vos droits et sur le traitements de vos données, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.
Polaroids d'illustration

Je souhaite m'abonner à la newsletter

Email*
Tous les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.
Actualités du secteur

Reconversion professionnelle : devenir assistant de vie

Publication : 03/05/2024Mise à jour : 03/05/20246 min. de lecture
Reconversion professionnelle : devenir assistant de vie
Reconversion professionnelle : devenir assistant de vie

Histoire d’une reconversion professionnelle réussie

Après une carrière dans la logistique et le transport, Alberto Mendes s’occupe de ses parents âgés, à son domicile, depuis 2018. Il a été formé par IPERIA pour devenir assistant de vie et faire valider ses compétences. Il nous raconte le parcours de sa reconversion professionnelle.

Pouvez-vous présenter votre parcours professionnel ?

J’ai d’abord suivi une formation en comptabilité, mais j’ai rapidement compris que je n’en ferai pas mon métier. J’ai alors passé mon Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (Bafa) pour travailler dans l’animation jeunesse. J’ai ensuite été moniteur de sport, puis responsable de transport de voyageurs au Club Med, avant de devenir conducteur pour des compagnies aériennes. Une fois marié et père de ma première fille, j’ai déménagé à Caen en 2000 où j’ai commencé à travailler comme chauffeur-livreur dans une société de transport et de logistique. J’ai gravi les échelons jusqu’à devenir chef d’agence.

Pourquoi avez-vous entamé une reconversion professionnelle ?

Les conditions de travail ne me convenaient plus et j’adhérais de moins en moins aux valeurs de mon employeur dont le discours a beaucoup changé au fil des années. Il privilégiait les logiques comptables sur les considérations humaines et demandait toujours plus à ses salariés, sans reconnaissance. J’enchaînais les déplacements et passais peu de temps à la maison. J’étais au bord du burn-out et cela rejaillissait sur ma vie de famille. Mon divorce constitua un déclic et j’ai finalement démissionné une première fois en 2011. J’ai ensuite remplacé un chef d’agence dans la même société, avant d’occuper un poste d’agent de service client. Mais quelque chose s’était brisé et je ne parvenais plus à me projeter dans ce métier et cette entreprise.

Comment avez-vous évolué vers la fonction d’assistant de vie ?

Début 2018, mon père a eu des problèmes de santé et ma mère devenait trop âgée pour s’en occuper seule. Je ne me voyais toutefois pas placer mes parents en EHPAD. Je me suis alors réuni avec mes frères et sœurs pour trouver une solution. Vivant désormais seul et possédant une maison avec jardin, j’offrais des conditions adaptées pour accueillir mes parents. Ils se sont donc installés chez moi et j’ai démissionné quelques mois plus tard. Je me suis rendu à une réunion organisée par Pôle Emploi sur le sujet de la prise en charge des personnes âgées à domicile. J’y ai rencontré une animatrice formidable qui m’a convaincu de m’inscrire à la formation d’assistant de vie proposée par IPERIA.

Qu’avez-vous appris grâce à la formation d’assistant de vie d’IPERIA?

J’ai suivi 3 modules de formation sur un total de 3 semaines. J’ai appris de nombreux gestes très utiles au quotidien pour, par exemple, aider mes parents à descendre les escaliers, à monter dans une baignoire ou à se lever sans se faire mal au dos et éviter les chutes. J’ai aussi découvert comment stimuler et motiver une personne âgée, comment lui parler ou gérer les éventuels conflits. Les échanges avec les formateurs ont été très enrichissants. Nous abordions des situations fréquentes ou des cas particuliers en fonction des handicaps et des pathologies de chaque personne. Cela m’a aussi permis d’accepter l’idée qu’un assistant de vie n’est pas un robot et qu’il est parfois important de prendre du temps pour soi. Enfin, grâce à cette formation, j’ai obtenu 3 validations de compétences.

Décrivez-nous votre journée type d’assistant de vie.

Mon père est décédé en septembre 2022 et je m’occupe désormais uniquement de ma mère. Dès son réveil, une personne vient à domicile pour l’aider à se laver tandis que je change ses draps, je nettoie sa chambre, je sors ses vêtements et je prépare son petit-déjeuner. Ensuite, je l’accompagne pour une balade avant de cuisiner le déjeuner. Nous allons à nouveau marcher après le repas, puis je l’emmène faire la sieste. Pendant ce temps, je fais la vaisselle et le ménage. Lorsqu’elle se réveille, j’accueille ses visiteurs, avant de m’atteler au dîner. À tout cela s’ajoute une série de tâches relevant de la gestion du foyer. Être assistant de vie, c’est aussi veiller à ce que l’organisation du quotidien soit efficace, rechercher des activités stimulantes et rester vigilant en permanence. Une personne âgée a souvent tendance à oublier qu’elle ne maîtrise plus certains gestes simples.

Quel est votre statut professionnel ?

Ma mère perçoit l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) qui lui permet de m’employer et de me rémunérer grâce à un contrat de travail d'assistant de vie. Je perçois ma rémunération à travers le Chèque emploi service universel (CESU) et reçois une aide pour financer l’achat de protections, ainsi que des indemnités complémentaires de Pôle Emploi.

Quel bilan dressez-vous de cette reconversion professionnelle ?

J’ai 61 ans et je serai à la retraite dans un an. Je continuerai évidemment d’aider ma mère, même sans être employé en tant qu’assistant de vie. Si cette situation s’était présentée plus tôt, je me serais peut-être davantage spécialisé et formé pour en faire mon métier. Mais il est difficile d’être totalement objectif, car il s’agit de mes parents. Dans tous les cas, je ne regrette rien car j’ai pu les accompagner et passer beaucoup de temps avec eux ces dernières années. Et quoi de plus beau que de pouvoir offrir cela à ses proches ?

 

Faites comme Alberto Mendes et formez-vous au métier d’Assistant de vie !

IPERIA vous permet de construire votre parcours de formation selon vos besoins et à votre rythme.

Vous n’exercez pas encore cette activité ? Inscrivez-vous pour préparer le titre à finalité professionnelle de niveau « Assistant de vie ».

Je veux devenir Assistant de vie

Vous êtes déjà Assistant de vie ? Professionnalisez-vous et garantissez vos compétences spécifiques en suivant une certification.

Découvrir les certifications
Voir aussi
5 choses (indispensables) à connaître sur l’emploi à domicile !
Actualités du secteur
5 choses (indispensables) à connaître sur l’emploi à domicile !

Utilité sociale, employabilité, accessibilité, compétences, évolution : IPERIA partage 5 faits à connaître sur le secteur de l’emploi à domicile

Grand casting : représentez et valorisez votre métier !
Actualités du secteur
Grand casting : représentez et valorisez votre métier !

Jusqu’au 7 juillet, participez à notre casting pour incarner les 4 duos salarié/particulier employeur de notre prochaine campagne de communication !

« Se certifier, c’est prendre confiance »
IPERIA et vous
« Se certifier, c’est prendre confiance »

Témoignage d’une assistante de vie qui s’est certifiée avec IPERIA pour gagner en compétences et sécuriser son parcours dans l’emploi à domicile