Formations

Je souhaite des renseignements

*
Prénom*
Nom*
Date de naissance*
Ville*
Email*
Téléphone*
STATUT*
Tous les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.
L'association Certifications et compétences collecte vos données à travers ce formulaire pour traiter votre demande d'information. Pour en savoir plus sur vos droits et sur le traitements de vos données, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.
Polaroids d'illustration

Je souhaite m'abonner à la newsletter

Email*
Tous les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.
Actualités du secteur

Zéro écran avant 3 ans : enjeux d’un interdit précoce

Publication : 02/05/2024Mise à jour : 02/05/20245 min. de lecture
Zéro écran avant 3 ans : enjeux d’un interdit précoce
Zéro écran avant 3 ans : enjeux d’un interdit précoce
Les discours se multiplient pour mettre en garde contre les effets néfastes des écrans chez les tout-petits. Que faut-il en penser ? Le point sur la question.

Usage excessif des écrans : la prévention commence à la maternelle

Pas d’écran avant 3 ans ! Cette recommandation du Haut Conseil de la santé publique a fait — et fait encore — l’objet de nombreuses campagnes de sensibilisation. Son objectif ? Mettre en garde les parents et les professionnels de l’enfance sur les dangers des écrans chez les petits. En quoi les médias interfèrent-ils avec le développement de l’enfant ? Comment pouvez-vous contribuer à le protéger des effets néfastes des écrans ? Éléments de réponse dans cet article.

La télévision, l’ami redoutable des tout-petits

Depuis plusieurs années, les études se multiplient pour évaluer l’impact des écrans sur les enfants, notamment chez les tout-petits. Les scientifiques préconisent de ne pas laisser les enfants de moins de 3 ans devant une télévision allumée. La raison ? Le cerveau du bébé est en plein développement. Avant cet âge, il a essentiellement besoin d’interagir avec son environnement à l’aide de ses 5 sens pour grandir et se construire. Face à la télévision, il reste passif.

Et les programmes pour bébé qu’en penser ? Avant 9 mois, le tout-petit n’est pas capable de comprendre le contenu qu’il voit et n’est pas sensible à l’histoire, aussi simple soit-elle. Même s’il a les yeux rivés sur l’écran et semble apprécier, il ne voit en réalité que des images colorées qui se succèdent à un rythme effréné. Et c’est là tout le problème ! La vitesse à laquelle les stimulations défilent est beaucoup trop rapide. Le jeune enfant devient accro à cette hyperstimulation. Il n’y a plus de place pour les jeux traditionnels… ni pour l’ennui, lui aussi essentiel pour développer l’imaginaire.

Certains pourraient rétorquer que l’écran semble le calmer. C’est l’un des pièges d’une surexposition aux écrans. Les tout-petits sont constamment à la recherche de contact. Si les stimuli les plus présents dans son environnement sont les écrans, c’est à eux qu’il va s’attacher et non à un adulte. Un vrai cercle vicieux peut s’installer : l’enfant s’apaise et se sent en sécurité uniquement lorsque l’écran est allumé.

Faut-il bannir tous les écrans ?

Non ! Certains discours alarmistes font froid dans le dos. Les écrans seraient responsables de tous les maux, de l’obésité infantile aux problèmes de langage, en passant par les troubles attentionnels. Les risques existent bel et bien, mais ils sont liés à un abus d’écran ou à une utilisation inadaptée de ceux-ci.

Le psychiatre Serge Tisseron est l’auteur d’une feuille de route donnant des recommandations et des repères temporels pour introduire les écrans dans la vie de l’enfant. Selon lui, avant 3 ans, tous les écrans ne sont pas à diaboliser. Les supports numériques interactifs comme les tablettes tactiles ou livres électroniques peuvent permettre aux tout-petits d’apprendre et de découvrir le monde, à certaines conditions :
  • Ils sont utilisés pendant des périodes courtes (10 à 15 minutes)
  • Un adulte est toujours présent pour accompagner l’enfant dans son utilisation de l’écran.
  • L’usage est ponctuel.
  • Les jeux sont adaptés à l’âge de l’enfant.

Comment aider les enfants à grandir avec les écrans ?

Limiter l’accès aux médias n’est pas simple. Tablette, smartphone et télévision, les technologies numériques sont omniprésentes dans nos foyers. Comment protéger les tout-petits des écrans ? Voilà une question que se posent autant les parents que les professionnels de l’enfance. Et si votre propre attitude répondait en partie à cette interrogation ? L’intérêt que les bébés portent aux écrans est proportionnel à la valeur que les adultes leur accordent. Les tout-petits sont sensibles à l’imitation, et ce dès la naissance. Si l’enfant vous voit constamment regarder un écran ou vous précipiter sur votre téléphone dès qu’il bippe, il est normal que cet objet suscite sa curiosité.

De nombreux parents se retrouvent désorientés, entre les discours alarmistes, les exigences de leurs enfants et les repères dans lesquels ils ont eux-mêmes grandi. En tant qu’assistant maternel ou garde d’enfants, vous avez un rôle à jouer dans la prévention des dangers liés aux écrans. Vous pouvez les sensibiliser aux risques liés à une utilisation abusive des écrans et en leur expliquant de manière claire et pédagogique. Complétez ce discours en leur donnant des repères concernant l’usage des différents médias, basés sur les recommandations des spécialistes. Les parents manquent parfois d’idées d’activités adaptées à l’âge de l’enfant. N’hésitez pas à leur en proposer pour les aider à les détourner des écrans.

Formez-vous afin de mieux accompagner l’enfant et la famille.
Voir aussi
5 choses (indispensables) à connaître sur l’emploi à domicile !
Actualités du secteur
5 choses (indispensables) à connaître sur l’emploi à domicile !

Utilité sociale, employabilité, accessibilité, compétences, évolution : IPERIA partage 5 faits à connaître sur le secteur de l’emploi à domicile

Grand casting : représentez et valorisez votre métier !
Actualités du secteur
Grand casting : représentez et valorisez votre métier !

Jusqu’au 7 juillet, participez à notre casting pour incarner les 4 duos salarié/particulier employeur de notre prochaine campagne de communication !

« Se certifier, c’est prendre confiance »
IPERIA et vous
« Se certifier, c’est prendre confiance »

Témoignage d’une assistante de vie qui s’est certifiée avec IPERIA pour gagner en compétences et sécuriser son parcours dans l’emploi à domicile